Thème de l'année au Salon de Montigny : la barbe

Un auteur réveillé en sursaut par le bruit de l'appareil photo.

Dès ce lundi matin la boitamèl de ta Tata n'a pas désempli et nombreux ont été ses nièces et neveux qui lui ont témoigné l'étonnant thème de cette année au Salon du Polar de Montigny-les-Cormeilles : la barbe. (Peut-être est-ce d'ailleurs en écho au débat échevelé du récent festival de Roissy-en-Brie.)
"Il y avait chez les auteurs consigne de boycott du salon (*), on a assisté plutôt au boycott de la part du public", confie celui-ci. Tandis qu'un autre s'en réjouissait : "Des stars n'étant pas là, j'ai signé 60 bouquins...".
Force est de reconnaître que le salon de Montigny a été plutôt calme ce week end. Mais ce ne fut pas pour décourager les auteurs de noir toujours aussi créatifs en matière d'animation. "Quitte à se barber, on a voulu montrer qu'on était bien dans la tendance", raconte ce neveu. "D'autant que cet hiver dans le polar, le menton est velu. C'est bien pire que la grippe H1N1, ils ont l'air tous touchés. Ça tombait pile". D'où l'idée fort originale qui a été lancée de se livrer à un défilé de petits boucs. "On s'est mis à côté des bagnoles. Il n'y a pas de raison que seules les blondes à gros seins des magazines le fassent", explique cet autre qui affiche pourtant un confortable 120 bonnet B à force de se resservir dans les buffets gratos des festivals.

Toujours à la pointe fashion comme on le sait, Thierry Crifo (ci-dessus) n'a pas hésité un instant a exhiber son poil blanchi d'animal urbain testostéroné et dopé aux effluves de la night parisienne, une canette de boisson énergétique spéciale dance à la main...

... suivi de près par Jacques Mondoloni (ci-dessus) qui se dit en matière de barbe, "canal historique" et n'hésite pas à comparer les efforts de ses camarades qu'ils considèrent un peu dérisoires. "Je ne veux pas balancer, mais les petits nouveaux comme l'ami Antoine Blocier romancier citoyen (ci-dessous à gauche) sont un peu dérisoires. On voit qu'il a encore du boulot".

Un débat dans lequel ne veut pas rentrer Antoine Blocier qui avec son humour habituel, et sa rhétorique habile (il est élu de sa mairie) met en balance son "effort méritoire en un premier temps sur la moustache... Et après tout je préfère y aller progressif plutôt que faire des cotes mal taillées, un peu hâtives, façon Yves Bulteau." (ci-dessus à droite). Une attaque auquel le Breton ne répond pas, invoquant ses "racines". Il trouve la critique un peu facile : "J'ai grandi dans les bruyères et le goémon, moi. Or, on sait comme l'influence du milieu est prépondérante. Faut aussi en tenir compte".

Michel Leydier (ci-dessus), qui se réclame d'une pratique capillaire expérimentale et empirique depuis longtemps, n'a pas voulu participer au défilé de barbus, restant rivé à sa chaise en faisant mine de s'intéresser à quelques livres qui rendent perplexes. Refusant selon sa ligne de conduite "d'entrer dans des prises de tête qui naissent dès qu'une initiative est prise dans le milieu", il se dit, concernant ce mouvement des petites barbes, "solidaire, mais aussi solitaire" : "Je me barbe tout seul... Pas besoin de rallier un troupeau de ceci ou de cela pour clamer ses convictions. Cette histoire de petits boucs pour tous va finir par faire de nous des moutons. Or le milieu nous tond assez la laine comme ça sur le dos..."
Quoiqu'il en soit, cette initiative ponctuelle des auteurs s'est voulue "unique, comme un éphémère concept artistique". C'est pourquoi, alors que le premier jour à Montigny ils se sont copieusement barbés, le deuxième, ils se sont carrément rasés.

(*) L'éviction d'une organisatrice fort appréciée des auteurs pose problème depuis l'an dernier...

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Par solidarité, je me laisse pousser les poils du menton mais j'écoute pas encore pousser mes cheveux. J'ai des preuves.
F Braud

Anonyme a dit…

Ma chère Tata, le beau barbu aux côtés d'Antoine Blocier ce n'est pas Michel mais Yves Bulteau, immortel auteur du "Pied dans la citrouille", tome 2 des mythiques aventures de Moulard. Faudrait voir à pas froisser les légendes vivantes, quand même...
Juge Fredd

Tata Rapporteuse a dit…

C'est corrigé, merci ! Pourtant, je le connais bien. J'ai même connu l'époque des Bultettes.
Tata

Tarots gratuit a dit…

Votre blog est une source d’infos, je suis un lecteur assidu et je vous souhaite bonne continuation.

Reema dsouza a dit…

C’est pour la première que je viens de visiter votre site et je le trouve vraiment intéressant ! Bravo !

voyance mail gratuit en ligne