Caryl Ferey encore atteint par un prix

Mardi 26 mai, sous les ors d'un hôtel ultraluxe avenue Franklin Roosevelt à Paris, le pauvre Caryl Ferey a encore chopé un prix : le prix ELLE du polar. Décidément, cette épidémie de chtouille ne le quitte pas. C'est son 87e prix pour "Zulu" (sauf erreur).

Après deux brefs (heureusement) discours dans lesquels on nous a rappelé qu'il y a 40 ans le prix ELLE a été fondé pour aider la littérature et les écrivains (dont certains et certaines navrants ont été très revendiqués : ta Tata, pourtant, à leur place ne s'en vanterait pas), le beau Caryl a bredouillé quelques mots dont on n'a rien compris. Faut dire qu'il était épuisé (il a dû rencontrer des lectrices de ELLE et devoir formuler en phrases courtes pour qu'elles comprennent est harassant), il avait faim, il avait soif et il faisait très chaud (les vieilles peau imbues et vulgaires de la mode et les vieux beaux las et lassants de l'édition, plus des centaines de pique-assiettes mondains et autres attaché(e)s de presse surexcité(e)s : ça dégage de la chaleur animale).
Caryl a gagné un peu de nourriture et un magnum de champagne (photographie du haut) : bref, de quoi tenir un jour ou deux en rationnant... (les droits d'auteurs issus des ventes consécutives ne tomberont que très tard -ça nécessite tout un jonglage). Pour l'occasion il avait sorti ses chaussures argentées et acheté des cigarettes à bout dorés.

Ta Tata a pu croiser des gens qu'elle croyait morts (on les voit parfois à la télé, mais on ne sait jamais si ce ne sont pas des images de synthèse), mais qui en fait sont étonnamment bien morts-vivants : Picouli, Rafaël Sorin, Benoîte Groult... La gagnante du roman féminin, Claudie Gallay, auteure à succès avec "Les Déferlantes", impeccable institutrice si mignonne et simple qu'on l'aurait dit castée, est repartie tardivement avec un fort tangage et du remous, le pied marin peu assuré. On peut écrire de la littérature avec phare breton en couverture, mais n'en être pas moins sensible au roulis. Gageons que l'iode le lendemain matin lui aura donné un fort mal de tête. Il y avait aussi quelques figures du polar, dont un jeune éditeur immature qui fait finalement un peu pitié tant il est pris dans son personnage de faux rebelle punkoïde, une traductrice oscillante qui a menacé ta Tata de lui "péter la gueule" si elle racontait des trucs sur elle...

Enfin, c'était sympa... Vers minuit, dans le métro, Caryl a pu exhiber son sac de dame du magazine de la femme moderne si concernée, faisant l'envie de quelques usagers de la régie autonome des transports parisiens. Il était tard, l'open bar avait été pillé avec conscience et une parfois effarante avidité de la part de chantres autoproclamés du bon goût (et d'où sort toute cette débauche hallucinante de fric ?) : aussi personne n'avait plus de raison de rester.
En tout cas, ta Tata est bien contente pour le Ferey. En voilà un qui croule sous les honneurs et les ventes après des années de galère, mais ne change pas d'un iota, reste généreux, chaleureux, simple, amical et déconneur... et ne va pas se la péter comme certains dont on oubliera aussi vite le nom que les écrits, ne retenant que leur prétention bouffie.

7 commentaires:

Albertine a dit…

j'y étais !

Anonyme a dit…

>>>et ne va pas se la péter comme certains dont on oubliera aussi vite le nom que les écrits, ne retenant que leur prétention bouffie.

Le mec s\'autocritique, c\'est génial !

Et pour Caryl, bravo. Attention, tu commences à vendre des livres, c\'est un péché ici tu sais ?

Ta Tata a dit…

Allez "anonyme", je t'ai reconnu. Enlève ta perruque péroxydée. Ce qui est terrible avec les mal comprenants c'est qu'il faut répéter et faire preuve de pédagogie patiente : vendre des livres, ce n'est pas interdit. C'est même une bonne nouvelle et c'est vraiment tant mieux pour toi, imbécile. Ce que tu fais et écris, personne d'autre ne peux le faire comme toi, alors être jaloux de quoi ? Et les gens y z'achètent qu'un seul livre dans leur vie ? Et les écrivains, ce sont des entreprises concurrentielles ? Non ? Bon, alors jaloux de quoi ? Tu vends ? Hé ben tant mieux, car le succès des uns permet le maintien des autres. Si tu te sens en rivalité, alors désolé, mais c'est toi qui a un problème.
Ca devient lourd. Arrête les décolorants capillaires, ça te ronge le bulbe.
Ce qui est un péché, c'est de parler sans réfléchir, et là encore, hein, la preuve... Ce qui est un péché, c'est de ne pas assumer sa situation et de s'inventer des ennemis pour de mauvaises raisons. C'est quoi ton ressort psy, là ? Penser qu'on te jalouse pour tes ventes, ça te permet de mieux assumer ce que tu fais ? J'ose pas penser ça tout de même, tu vas le prendre pour un sarcasme. C'est quoi ton bug ? Où es-tu allé pécher qu'ici on te déteste pour tes ventes ? Si tu agaces, c'est parce qu'il vaudrait mieux parfois que t'écrives des romans, ça te réussit mieux, que de donner ton avis. On ne peut pas être bon partout, essaie de l'accepter. Ce qui serait un péché, à la limite, c'est d'écrire de la merde, de vendre beaucoup et de se croire bon. Ce n'est pas ton cas, tu le sais bien, hein ? Bon, alors tout devrait bien aller, non ? Quel est ton foutu problème ?
Pète un coup, là, t'es trop stress.
Allez la bise de Tata que tu commences à gonfler (et va jouer dehors tu vois pas qu'il fait beau et ne reste pas dans mes pattes, comme ça...)

Anonyme a dit…

"En biologie, le parasite miziominthe est un organisme vivant qui se nourrit, s'abrite ou se reproduit en établissant une interaction durable avec un autre organisme (l'hôte ou caryus féreyzoaire, voire jibéose pouyryote)."

Ta Tata a dit…

Le plus étonnant est que ce parasite que nombre d'animalcules jugent pourtant toxique ou méprisable produit un miellat visqueux qui les attire, voire les rend dépendants. Ce tropisme n'est pas très bien compris. Certains spécialistes pensent que la substance secrétée répond à un besoin de stimulation endocrinienne morbide chez les espèces fascinées qui dès lors trouvent à enrichir leur cortex cérébral de configuration primaire. On a observé certains individus venir se vautrer dans la bauge pourtant honnie afin d'en retirée une tonicité que la nature ne leur avait pas octroyée. La symbiose entre espèces est donc réelle dans ce biotope composé tant de nécrophages que de nécrophiles. Beauté de l'interdépendance !

Anonyme a dit…

Allez voir l'itw de Caryl Ferey sur culturebox :
http://culturebox.france3.fr/Litterature/11536/Le Kursaal de Besançon se met a l'heure du 12eme Festival des Litteratures Policieres Noires et Sociales

susane a dit…

Merci beaucoup pour ce site et toutes les informations qu’il regorge. Je le trouve très intéressant et je le conseille à tous !
Bonne continuation à vous. Amicalement

voyance par mail gratuite